Culture, Focus Style, Lifestyle, Mode

La culture goth

28 septembre 2016

culture goth

Voilà quelque chose de bien difficile à définir et appréhender : la culture goth. Un monde d’initiés qui est centré autour de la musique, un univers riche et à la fois sombre… Dans cet article, nous vous donnerons notre vision de ce qu’est le goth, une notion dont nous pensons qu’elle diffère selon la personnalité de chacun.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Les origines du mouvement goth

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Le gothique fait tout d’abord son apparition en musique à la fin des années 70, début années 80. Descendant du punk au Royaume-Uni, il a pour modèle esthétique des chanteurs comme David Bowie ou encore Lou Reed. Il puise ses ressources dans la littérature victorienne, avec parfois des emprunts aux univers fantastique et médiéval. On peut également faire un parallèle avec le rock tourmenté de la fin des années 60 qui par ses expérimentations sonores et psychédéliques, tentait d’offrir une puissante introspection à ses adeptes.

Le gothique a également une autre source esthétique : le cinéma expressionniste allemand (ex : Le Cabinet du docteur Caligari, Robert Wiene, 1920) pour le côté noir et blanc très contrasté et le maquillage sombre exagéré. Cette tendance a déjà pu être observée avant avec le glam rock chez Bowie (il a d’ailleurs avoué s’être inspiré de Syd Barrett des Pink Floyd, mais ça c’est une autre histoire).

Ci-contre : Syd et David, un teint d’une blancheur éclatante souligné par un trait de crayon noir.

Vers le milieu des années 80, le mot gothique ne qualifie pas seulement un genre musical, mais aussi le public adepte de ces groupes. C’est depuis qu’il est utilisé pour qualifier des personnes. C’est là que l’on observe la naissance de la culture goth, malgré l’apparition de nouveaux genres musicaux rattachés au gothique : le new wave, l’indus ou encore le deathrock. Tous se retrouvent autour de codes esthétiques récurrents comme l’omniprésence du noir. On note de plus la recherche d’un idéal du corps humain, ce dernier est perçu comme un terrain de recherche esthétique à part entière. La peau est d’une pâleur extrême, et quant au maquillage, à la coiffure et au style vestimentaire, ils sont d’une maîtrise absolue.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Les précurseurs – la Batcave

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

1976 voit la création de deux groupes mythiques de la scène post-punk : Joy Division et Siouxsie and the Banshees. Ils ont contribué à lancer un nouveau genre qui hérite de la philosophie punk en y mêlant des sujets plus grave, comme celui du tourment de l’âme, un sujet déjà abordé par le rock expérimental des Velvet Underground ou encore des Doors.

Au début des années 1980, la musique de ces groupes se fait connaître dans un club londonien nommé The Batcave, qui donnera naissance au mouvement du même nom. Ce club aura vu défiler des artistes aujourd’hui mythiques dans le milieu, comme les Specimen, The Cure, Siouxsie Sioux, The Birthday Party, Lydia Lunch… La caractéristique de ces formations batcave étaient des prestations très théâtralisées, empreintes de romantisme noir dans les textes et dans leurs tenues de scène.

Pour revoir le shooting de Jam d’inspiration Siouxsie , c’est par ici !

Ces soirées étaient le point de ralliement des gothiques (même si ce nom n’arrivera qu’à posteriori) des quatre-coins du pays. La plus grande caractéristique du look était l’aspect DIY (Do it Yourself). Les jeunes portaient des vêtements noirs qu’ils s’amusaient à déstructurer, en les décousant, puis les recousant, en les agrémentant d’épingles à nourrice. Ce choix du noir dans les vêtements faisait référence aux tenues de deuil portées par les femmes de l’après-guerre. Les garçons piquaient les bas résilles de leurs mères pour les porter à la place de gants et volaient les bijoux de leurs grand-mères. Garçons féminins, filles au masculin, tous rivalisaient en originalité dans leurs cheveux crêpés et traits d’eye-liner scandaleusement surdimensionnés.

Ce look est aujourd’hui caractérisé d’« old-school » goth ou « goth vintage » en opposition au look gothique tel qu’il a évolué ensuite.

En 1982 sort la première publication du PROPAGANDA-Magazine, magazine crée par le photographe Fred H.Berger qui capture l’esthétique emblématique de cette époque. Ce magazine aujourd’hui décrit comme « le seul connu par tous les goths de la planète » se focalise sur tous les aspects de la sous-culture goth, incluant la musique, la mode, le cinéma, l’art, la littérature et la sexualité.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Nos incontournables

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

The Cure

Depuis 1976
Morceau phare :
Friday I’m in Love

Joy Division

1976–1980
Morceau phare :
Love will tear us apart

New Order

Depuis 1980
Morceau phare :
Blue Monday

The Sisters of Mercy

Depuis 1980
Morceau phare :
Temple of Love

Visage

1978 – 1985
Morceau phare :
Fade to grey

Bauhaus

1979 – 2008
Morceau phare :
Bela Lugosi’s dead

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Notre shooting – ambiance dark

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

culture goth

Jam
Haut : Friperie
Veste : Mim
Short : New Yorker
Chaussures : Essex

Jones
Haut : River Island
Jupe : vintage
Chaussures : River Island

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply Saskia Bzn 28 septembre 2016 at 16 h 25 min

    Tes creeperrrrrs <3

    DarkSide Of Fashion Blog
    (IG : @Saskiabzn)
    Saskia! xo

    • Reply Jam 28 septembre 2016 at 17 h 42 min

      Merci, je les adore mais elles ont fait leur temps ^^

  • Reply Pascal 29 septembre 2016 at 7 h 09 min

    Bonjour ,
    Je n’aurais pas mis visage comme exemple , Steeve stagne etait plutôt le fer de lance du mouvement néo romantique début 80…….dans l’esprit les Virgin prunes ou Christian décathlon auraient été plus représentatifs….
    Bon courage et bravo pour l’initiative

    • Reply Jones 29 septembre 2016 at 10 h 25 min

      Bonjour, merci pour votre message. Alors le choix de Visage c’est de ma faute. 😀
      On a choisi les groupes qui nous touchaient le plus, « nos incontournables ». Et c’était une bonne illustration des nouveaux genres qui ont hérité du goth.
      Je plaide coupable, j’adore Steeve Strange !

  • Reply Weiner Jeremy 29 septembre 2016 at 10 h 10 min

    Friday I’m in love n’est à mon humble avis certainement pas le morceau phare de « The Cure » concernant cette période. Je vous conseille d’aller fouiller dans la trilogie mythique : »Faith », »17 seconds », »faith » et bien sûr « Disintegration  »
    Bien à vous

    • Reply Jones 29 septembre 2016 at 10 h 22 min

      Oui c’est clair que ce n’ai pas forcément le morceau le plus représentatif, mais on a écrit l’article pour faire découvrir ce mouvement à des gens parfois à l’opposé de cet univers. Du coup on a choisi des morceaux accessibles, les plus connus du coup. 🙂

      • Reply Heinemann 29 septembre 2016 at 12 h 40 min

        Je pense que Forest par exemple doit être aussi connu que Friday I’m in Love. Je crois aussi qu’on pourrait remplacer Temple of love par Alice ou First and last and always. Mais c’est vous qui voyez.

        • Reply jamandjones 3 octobre 2016 at 9 h 26 min

          Encore une fois, nous tenons à préciser que les morceaux choisis l’ont été en fonction de leur accessibilité à un public non initié et aussi en fonction de notre expérience personnelle.
          C’est pour cela qu’on ne tombe pas forcément tous d’accord sur le même morceau. 🙂

      • Reply Yves Jacquot 29 septembre 2016 at 17 h 46 min

        Friday I’m love morceau accessible d’accord, morceau parmi les plus connus pas d’accord. Il existe une compilation de singles du groupe, compilation qui se nomme « staring at the sea » qui regroupe 17 chansons phares et sur ces 17 morceaux, une bonne douzaine sont plus connus et emblématiques. A écouter d’urgence si vous n’êtes pas familiarisée avec l’ensemble de leur oeuvre.

  • Reply soune 29 septembre 2016 at 13 h 28 min

    salut et félicitations, si je devais faire quelques remarques, Jeremy Weiner n’a pas tors au sujet des « cures » et j’airai aimé que vous écriviez sur la scène française new wave…qui existait dans ses années (Marquis de Sade, Taxi Girl, Indochine, Trisomie 21; voire même les premiers Couture, Thiéfaine ou Charles de goal)…l’apparence à cette époque était d’une importance capitale afin d’être reconnaissable de notre style de musique Creepers, cheveux crépés…etc

  • Reply PIERRE Gilbert 29 septembre 2016 at 23 h 36 min

    Merci Mesdemoiselles, pour cette petite histoire du gothique contemporain, c’est rafraîchissant mais pour moi le « Gothisme » a commencé au moyen âge, lorsque les premiers édifices majestueux et étrange ont commencé à faire leur apparition. La littérature Anglaise de la fin du XVIII ème a renforcé cette gêne et que dire de Richard Wagner en Musique ( fin XIX ème), que personnellement, je classe parmi les plus grand Gothique de son temps.
    J’arrête là ma démonstration, mais ce que vous classez en gothique dans ces 50 dernières années n’est que l’aboutissement d’un long cheminement de la culture alternative qui a bientôt un millénaire… Je vous embrasse toutes les deux et vous encourage à continuer, j’adore ce que vous faites !!!

    • Reply jamandjones 3 octobre 2016 at 9 h 23 min

      Oui, c’est vrai que tout cela est l’aboutissement de plusieurs mouvements vieux de plusieurs siècles.
      Nous sommes tout particulièrement fans de Louis II de Bavière, le grand mécène de Wagner. Pour nous, c’est le représentant n°1 du romantisme gothique du XIXème siècle (ça se voit bien d’ailleurs grâce à son château de Neuschwanstein).

      Merci pour vos compliments, on espère avoir donné envie à certains de découvrir cette culture. 🙂

  • Reply Cari 1 octobre 2016 at 20 h 53 min

    Rhhho je suis trop fan ^^ Bon evidemment je ne suis pas du tout objective haha ^^’ Pour ma part j’ai aussi un petit faible pour Siouxie and the banshee, je ne crache pas sur du oomph! ou du Blutengel. J’adore tes Creeper! Recemment, j’ai fais l’acquistion d’une paire de Vonda de Dr Martens, je suis toujours en train de les « faire » mais c’est clair, on dirait des chaussons :p

  • Reply Iskandaria 7 octobre 2016 at 16 h 38 min

    C’est un bel article, très accessible aux néophytes du genre. Perso, moi tant que je trouve ce qui me correspond dans la musique : cet air mélancolique, cette atmosphère sombre que j’aime tant, pour moi c’est de la musique à connotation gothique. D’ailleurs c’est pour ça que la plupart du temps je déteste la plupart des goths car ils ne jurent par leurs musique codifiée et ne trouve pas un soupçon de mélancolie qui trouveront dans de la musique classique car vous voyez ça ne vaut pas le dernier concert de Epica, ou l’album un tel de The Cure.

    Je suis amère, car la culture gothique maintenant se résume à ça. Les plus jeunes, se font lyncher par les plus vieux parce que « ils n’y connaissent rien » puis après quand les plus jeunes deviennent vieux, ils prennent aussi cet air tout aussi hautain, élitiste et détestable que sont maintenant les gothiques d’aujourd’hui. On est bien loin du « Do It Yourself » des gothiques old school, maintenant, ce sont des gens qui se prennent « pour des vampires aristocrates de la haute société gothique » (Si si, c’est vrai, j’en connais des comme ça) qui payent des vêtements hors de prix et qui ne mélange pas avec la basse populace de base mortelle car comprenez vous ils sont trop dark de la mort pour que les autres gens « normaux » les comprennent, y’a que les autres goths qui sont capables de les comprendre… (Croyez moi, j’ai été goth, j’ai traîné avec des gens qui aimait « Trio », je les ai pas brûlé pour autant ^^)

    Enfin voilà mon avis sur la question. Du goth, je n’ai gardé que les goûts littéraires, musicaux, et artistiques. Du style, j’ai presque tout effacé, même si je veux tester le style visual kei qui me plaît bien. ^^

    • Reply Jones 11 octobre 2016 at 8 h 19 min

      C’est pareil pour moi, je me fie aux émotions qu’un texte/musique/film me renvoie pour le ranger dans la catégorie gothique. Je trouve que c’est quelque chose d’assez personnel finalement, la mélancolie ne sera pas provoqué chez tout le monde par les mêmes choses. Du coup j’ai été surprise par la réaction de certaines personnes à cet article qui ne comprenaient pas certains choix musicaux, car ils ne font pas partie des classiques.
      Sinon, j’ai également été surprise du fait que certains refusent l’appellation « gothique » et voient ça limite comme une insulte… Comme je le disais dans l’article, c’est un monde très difficile d’accès. ^^

    Leave a Reply