Actualité, Lifestyle

Les Social Justice Warriors

16 mai 2016

Bonjour tout le monde ! Vous aurez sûrement remarqué mon absence sur le blog ces dernières semaines. J’ai eu quelques problèmes d’ordre technique : plus d’écran, tablette graphique non reconnue par mon ordinateur… que du bonheur. Toutes ces déboires numériques m’ont donné le temps de m’adonner à une nouvelle passion : youTube (really ??). J’ai découvert qu’il s’agissait d’un outil extra-ordinaire pour s’informer des dernières tendances sociétales, pour le meilleur et pour le pire. Il me fallait me replonger dans les temps modernes et délaisser pour quelques temps mes vinyles et mes dessins traditionnels. C’est ainsi que j’ai découvert les Social Justice Warriors.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Les Social Justice Warriors – ces chevaliers en armure blanche

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Je vous sens tout aussi interloqués que moi la première fois que j’ai entendu l’expression SJW. À vrai dire, il ne s’agit pas d’une tendance, mais plutôt d’un phénomène observé chez les « combattants pour la justice sociale ». En d’autres termes, ce sont des militants luttant contre une injustice sociale et qui tenteront par tous les moyens (et notamment par une violence verbale constante) de faire entendre raison à leurs opposants.

Très bien. Mais alors pourquoi en parler, me direz-vous. Et bien parce qu’après un an, mon envie de dessiner s’essouffle. Notamment parce que j’étais heureuse de pouvoir faire rire grâce à mes dessins légers. Mais depuis quelques temps, je suis désolée de voir toutes les illustratrices que je suivais changer de cap, et orienter leurs travaux vers des sujets plus sérieux. Cela fait quelques semaines que j’ai arrêté de les suivre, j’en ai eu assez de lire des BD pleines de bons sentiments et de justice sociale. J’en ai perdu le goût du dessin depuis.

Je veux bien que certaines se déclarent plus matures qu’avant et qu’à présent il leur paraît évident de se battre pour les causes qui leur tiennent à cœur. Mais je suis navrée de voir à quel point leur vie est passée des joies et des paillettes au militantisme féministe et au pessimisme nauséabond qu’elles font passer au travers de leurs BD. Elles donnent l’impression d’avoir plongé en plein dans la troisième vague féministe, ce qui les a apparemment noyées dans un profond désespoir.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Un courant originaire du féminisme – à la dérive

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

La troisième vague féministe voit le jour dans les années 80 aux Etats-Unis. Il est alors revendiqué par des militantes issues de minorités ethniques et culturelles. Le terme apparaît dans les années 90, lorsque leurs enjeux et leurs pratiques ont marqué une réelle rupture avec le féminisme des années 60-70 qui prônait la libération du corps de la femme. Contrairement aux deux premières vagues, la troisième ne représente pas un mouvement homogène. Leurs causes se démultiplient et la bannière de féministe ne définit plus une idéologie commune.

À cette époque, avec la préoccupation mondiale au sujet du SIDA, les féministes se sont pour un temps ralliées à la cause gay. L’idée était ici d’être plus forts ensemble pour combattre les injustices sociales et les préjugés. Avec le temps, de nouvelles causes ont fleuri. Le libéralisme social a encouragé toutes sortes de luttes et d’actions collectives : les règles, méthodes et enjeux propres à un groupe ont tendance à se propager par imitation, ce qui tend à son assimilation, par ce qui est alors considéré comme un processus naturel.

C’est ainsi qu’à l’ère d’Internet, où tout est possible en quelques clics, sont nés les SJW. Des individus qui se battent virtuellement, en dignes héritiers du féminisme radicalisé.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

La victimisation – pour faire plier l’oppression

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Avez-vous pu commencer à cerner la notion de Social Justice Warriors ? Ce sont ces personnes qui usent d’une rhétorique douteuse pour vous faire comprendre qu’elles luttent pour le bon côté de la justice. Elles se donnent à fond pour sauver toutes les âmes oppressées à coups de vidéos et de commentaires véhéments. Elles essayent de vous faire sentir la honte que tout être humain devrait ressentir en n’épousant pas leurs causes. Parce qu’il est normal d’user de shaming, tant que ce n’est pas sur des minorités. Rien de mieux qu’une vidéo de SJW pour en comprendre leurs subtilités :

(le SJW étant un concept purement importé des states, cette vidéo ne possède pas de sous-titres français)

Le problème avec ces militants de l’extrême, c’est qu’en se battant pour plus d’égalité, ils ne font qu’ajouter des barrières entre les différents groupes d’appartenance pour lesquels ils luttent. En cela ils accentuent le communautarisme qui définit ces groupes en créant de nouvelles normes, le tout dans le but de se détacher des lois sociales séculaires qui régissent le monde occidental. Contradictoire vous dites ?

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Petit florilège – le meilleur des SJW sur le net

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

« Nous exigeons la liberté de parole ! »… tout en empêchant les autres de parler. Je préfère employer la force plutôt que d’avoir à me justifier devant vous !

C’est bon maintenant, vous cernez ? Je vais m’arrêter ici pour ce premier article de présentation. Il faut reconnaître aux Social Justice Warriors qu’ils possèdent un lexique propre très varié, et il serait trop long pour moi de vous en expliquer tous les concepts. Je vous laisse donc avec une boîte à outils (que vous trouverez ci-dessous), si vous voulez vous familiariser avec les lieux communs retrouvés le plus souvent dans leurs discours.

J’ai bien conscience du changement de ton un peu brutal que j’emprunte ici. Mais comme Jam et moi l’avions annoncé sur facebook et dans une interview dernièrement, nous aimerions encourager les débats d’actualité sur ce blog (notamment sur les questions qui nous tiennent à cœur). Nos lecteurs nous collent souvent une étiquette de féministes, et il est vrai que nous utilisions ce terme dans certains articles. Seulement, il me devient de plus en plus difficile de le faire. Je pense que je peux remercier la troisième vague féministe radicale pour cela.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

La boîte à mots-clés – (les gros mots)

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

SJWréseaux sociauxféminismevictimisationpatriarcatlibéralismeégalitarismecommunautarisme • agression • offense • stéréotypes • diversité • minorités • safe space • privilèges • oppression

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Leur jargon médical – à utiliser entre initiés

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

slutshamingcisgendernonbinarytransphobiatone policenot all men

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Veronique 16 mai 2016 at 15 h 25 min

    Tres intéressant . Mais ces extrêmes ont toujours existé et on les retrouve particulièrement en temps de crise çe que je trouve normal et plutot sain . L’époque que nous vivons est violente aussi il ne faut pas l’oublier. Et donc engendre des phénomènes violents comme celui ci . Durant les siècles passés cela a pût prendre d’autres formes . Apres tout c’est aussi leur liberté de s’exprimer ainsi il ne faut pas imaginer cependant qu ils envahissent toute la sphère mediatique c’est sans doute l’impression que vous avez parce que l’actualité est anxiogène . Moi je vois ceci comme un contre courant aux médias qui dans un autre genre nous manipule aussi . Les mouvements extrêmes et celui ci en est un ont toujours existé et â leur façon contribuent à faire évoluer la société heureusement car sinon nous en serions toujours au temps des cerfs….cela ne doit pas vous empêcher de continuer à etre légère et â vous amuser À travers vos chroniques c’est important pour trouver un équilibre

    • Reply Jones 18 mai 2016 at 11 h 05 min

      Je suis consciente que les SJW n’envahissent pas la scène médiatique aujourd’hui. D’ailleurs, en France ils sont encore quasiment inconnus.
      Il est clair que je ne vais pas arrêter de dessiner des minettes heureuses et bien habillées dans mes BD sous prétexte que je devrais avoir honte de rabaisser l’image de la femme dans mes dessins. Je vois ça au contraire comme une manière d’exprimer mon refus face à ce courant de pensée extrême.

  • Reply Marcel Ducon 14 novembre 2016 at 17 h 44 min

    ??? T’es une femme et t’es pas SJW ??? Mais ???

    • Reply Jones 17 novembre 2016 at 22 h 50 min

      Non mais allô quoi !!

    Leave a Reply