Culture, Inspirations du moment, Lifestyle, Mode

Focus sur Tim Burton

27 septembre 2015

tim burton fashion style

Adulé ou détesté, ce marginal d’Hollywood ne laisse personne indifférent. A tel point qu’aujourd’hui le terme « burtonien » est devenu une marque déposée, se rapportant à tout ce qui est étrange, sombre ou farfelu. Les productions de Tim Burton sont loin de respecter les codes cinématographiques traditionnels, et pourtant, à Hollywood on a bien compris que tout ce que touche le réalisateur se transforme en or. Jones et moi avons beaucoup été marquées par ses œuvres durant notre enfance. Nous avons voulu nous imprégner de son univers magique et si particulier le temps d’un shooting, ce que nous avons pu réaliser grâce à Eyepit Photographies. Mais avant de vous montrer tout cela, qui est Burton ?

Tim Burton est né en 1958 sous le soleil californien de Burbank. Enfant, il passe son temps allongé dans le gazon de son jardin à observer la fumée des avions se diluer. Il écoute de la musique punk qui l’aide à se défouler et passe beaucoup de temps dans les salles de cinéma à regarder des films d’horreur. Ces films d’horreur et leurs monstres fabuleux furent pour lui ses contes de fées, car il ne lisait jamais. Dans un ouvrage paru en 1995, il confie à Mark Salisbury au sujet de son enfance :

« J’avais peu d’amis, mais il y a suffisamment de films étranges pour que tu puisses te passer d’avoir des amis pendant un sacré bout de temps, et que tu puisses voir chaque jour quelque chose de nouveau qui t’interpelle. »

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Début de sa carrière

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

A 18 ans, il décroche une bourse pour l’Institut Cal Arts, une faculté d’art fondée par Walt Disney destinée à former leurs futurs animateurs. Ses ressentiments par rapport à cette école sont très amers et il a le sentiment d’être à l’armée. Une fois l’école terminée, il rejoint les studios Disney et travaille comme animateur sur Rox et Rouky. Il vit cette période comme un supplice. Il n’arrive pas à dessiner dans le style Disney et passe ses journées à dormir assis au boulot. Au bout d’un moment, on lui propose un travail d’artiste concepteur : il est payé à dessiner ce qu’il souhaite. Ce boulot lui conviendra bien, mais quand au fil des années il se rendra compte qu’aucun de ses dessins ne fut utilisé, il en est très affecté. En 1982, il obtient un budget pour réaliser son court-métrage Vincent. Vincent conte l’histoire d’une petit garçon de 7 ans qui se prend pour Vincent Price, l’idole de jeunesse de Burton. Le court-métrage rencontre un certain succès, mais Disney ne sait qu’en faire, le style étant trop différent des productions du studio. Il travaillera ensuite sur une version asiatique d’Hansel et Gretel, sur Frankenweenie, Aladdin et la lampe magique et Pee-Wee’s big adventure.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Films cultes

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Mais ce n’est qu’en 1988 qu’il rencontrera son premier grand succès avec la comédie fantastique Beetlejuice. Le scénariste McDowell le qualifie de « film optimiste sur la mort ». Après à peine 10 minutes de film, les personnages principaux meurent et se retrouvent dans une salle d’attente post-mortem. Burton se moque de la mort, en installant dans la salle d’attente des gens morts pour des raisons toutes plus absurdes les unes que les autres : un plongeur attaqué par un requin, un homme carbonisé après avoir fumé dans son lit, une assistante de magicien coupée en deux… Les décors et les effets spéciaux du film sont volontairement désuets.

On pourra néanmoins remarquer les rayures noires et blanches du costume de Beetlejuice, personnage à l’espièglerie malveillante. Ces rayures se retrouvent dans toutes les œuvres de Burton. Il confie en être obsédé, mais n’a jamais su pourquoi. Il travaillera ensuite sur Batman, avant de s’attaquer à Edward aux mains d’argent, un film très personnel. L’idée part d’un dessin qu’il a fait dans sa jeunesse, qui est le miroir de ses relations avec ses parents lorsqu’il était adolescent. Burton confie à propos d’Edward : c’est «un personnage qui veut toucher ce qui l’entoure, mais ne peut le faire, et dont le désir créateur est en même temps un désir destructeur. » Ce film reflète sa jeunesse banlieusarde, dont l’uniformité lui paraissait tellement fade. Détail amusant, à la base, Tom Cruise avait été proposé pour le rôle d’Edward ; mais Johnny Depp finit par être retenu, ce qui marque le début d’une longue collaboration. Burton dit avoir choisi Depp en étant marqué par l’expression de ses yeux, chose très importante pour le personnage quasi-muet d’Edward.

Ensuite les succès se succèdent : la célèbre animation L’étrange Noël de Mr Jack, le biopic sur le réalisateur décalé Ed Wood, Mars Attacks! (qui a du en traumatiser plus d’un dans sa jeunesse), Sleepy Hollow, La planète des singes, Big Fish, Charlie et la Chocolaterie. En 2005 sort Les noces funèbres, une animation entre humour et émotion, qui est notre œuvre préférée de Burton. Cette animation est issue d’une légende : L’histoire d’une homme qui rentre au village pour épouser sa promise, et qui par maladresse fait tomber l’anneau sur le doigt d’une défunte qui ressuscite et à laquelle il se retrouve désormais lié. L’histoire tourne autour d’un triangle amoureux entre Victor, sa promise Victoria et la défunte Emily. Ce film nous livre une représentation triste, morose et grise du monde humain qui contraste avec l’univers joyeux et coloré des défunts. L’esthétique gothique et victorienne anglaise de cette animation nous plait beaucoup. En 2008 paraît Sweeney Todd, film musical à l’esthétique intéressante mais aux interventions musicales parfois pesantes. En 2010 paraît Alice aux pays des merveilles, aux effets spéciaux saisissants, qui s’avèrera pourtant assez décevant. Sa dernière œuvre Dark Shadows, est une comédie vampirique assez amusante, avec une fois de plus Depp en premier rôle.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Notre version du style burtonien

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Nous avons donc voulu nous imprégner de son univers pour nos photos. Nous avons réalisé ces photos avec Eyepit Photographies qui a fait un travail remarquable ! Nous sommes allées dans une université désaffectée pour prendre les photos, ce qui a donné un côté décalé par rapport à nos tenues. Nous portons toutes les deux des tenues à l’esthétique gothique/victorienne comme on peut le voir dans Les noces Funèbres. Nous avons aussi puisé notre inspiration dans Beetlejuice, Jones avec les emblématiques rayures noires et blanches et Jam avec les cheveux crêpés pour le côté fou de Beetlejuice. Nous avons voulu mettre l’accent sur le maquillage avec des teints blanchâtres et surtout sur les yeux. Les yeux ont une importance toute particulière dans les films de Burton, et véhiculent l’émotion de ses personnages. Jones a opté pour de longs cils de poupée, façon Victoria dans les Noces Funèbres et Jam pour de grands yeux globuleux façon Sally dans L’étrange Noël de Mr Jack.

tim burton fashion style

tim burton fashion style

tim burton fashion style

tim burton fashion style

tim burton fashion style

Pour ce shooting, nous avons ainsi eu la chance de collaborer avec Eyepit Photographies et Bijoux Chérie qui nous a offert un bracelet ethnique en argent que nous vous présenterons plus bas. Elle a tout de suite su nous proposer un bijou qui correspondait à notre style et leur boutique propose de très jolies choses. Voici quelques photos rapprochées du bracelet en question :

tim burton fashion style

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply Darkrevette 27 septembre 2015 at 18 h 51 min

    Waowwww quel régal ce shooting je suis fan ! Fan ! Fan !!! <3 <3 <3
    Vous êtes toutes les deux superbes et vos looks se complètent l'un l'autre. J'adore la veste de Jones, elle m'en avait parlé sur mon look que j'avais appelé "beetlejuice" à cause du short rayé noir et blanc, je confirme donc, j'adore ! Les collants sont chouette aussi, j'ai les même 😛
    Mais mon look préféré sera celui de Jam cette fois-ci. Ce total look noir est d'enfer !! Je suis amoureuse de ce mini short façon sous-vêtement d'époque et de ton veston, ça se combine tellement bien, y'a rien à redire ! C'est parfait 😀 Et ta coiffure, bravo ! Je ferais ça sur moi j'aurais l'air d'une folle dingue mais toi tu es toute belle. Et les marques sur tes genoux, c'est un collant ou du makeup ? J'adhère à ce côté poupée !
    Encore bravo les filles, vous êtes sublime ! Il faut plus de séances photo dans ce style 🙂

    • Reply Jam 28 septembre 2015 at 16 h 48 min

      Oh merci Darkrevette ^__^ Contentes que ça te plaise!
      Oui on voulait faire quelque chose de complémentaire, avec un look plus féminin pour Jones et moi un peu garçon.
      C’est vrai que tu es une adepte des rayures toi aussi 😉
      Merci pour le compliment sur ma tenue! En effet je porte ce « bloomer » que j’avais coutume de porter sous mes jupes quand j’étais lolita,
      mais j’ai toujours trouvé ça très mignon et dommage de le cacher 😉 Je me suis inspirée de la mode japonaise « kodona » =)
      Pour le genoux, c’est un collant que j’ai acheté sur taobao.

      • Reply Darkrevette 16 octobre 2015 at 17 h 55 min

        De rien 😉
        Ahh donc c’est bien un collant ! C’est super fun, le rendu est vraiment rigolo.

  • Reply poneydressing 28 septembre 2015 at 9 h 46 min

    Super shooting, le thème, vos looks, les photos, l’ambiance, tout est canon ! Vos tenues sont vraiment sympas, j’aime beaucoup la manière dont vous avez su accorder les différentes pièces. Un super post j’adore 🙂

    • Reply Jam 28 septembre 2015 at 16 h 48 min

      Un grand merci, contentes que ça te plaise 😀

  • Reply Sybille 13 octobre 2015 at 9 h 12 min

    Super ce shooting! Vous êtes géniales les filles 🙂
    J’adore Tim Burton en plus <3

    Bonne journée à vous!
    Des bises,
    Sybille ♡

    The new new girl

  • Reply Miss Peregrine, c'est moi | JAM&JONESJAM&JONES 16 juillet 2017 at 17 h 59 min

    […] vous avez raté mon premier shooting avec Jam et en collaboration avec Mik Eyepit, c’est par ICI ! Je dois vous avouer que je n’ai pas vraiment aimé le film, la première heure était […]

  • Leave a Reply